Afrikadaa

Afrikadaa (association sénégalaise fondée en 2012), est une plateforme d’échange, un espace déterritorialisé au sein duquel artistes et acteurs de la création contemporaine interrogent esthétique et éthique face aux enjeux majeurs de la mondialisation. Afrikadaa place l’art contemporain dans une perspective de réflexion globale au- delà des politiques culturelles. L’association a à son actif l’organisation de plusieurs événements au sein de la Biennale de Dakar depuis 2012 et la création d’un rendez- vous culturel itinérant « SN Art » qui réunit les acteurs culturels de tous les horizons pour débattre autour des questions qui touchent au développement des industries créatives au Sénégal. Pour cette 9e édition du Partcours, Afrikadaa s’invite au Waru Studio, un laboratoire de recherche artistique fondé en 2001 par Fatou Kandé Senghor. Le Waru Studio est organisé autour d’un dialogue entre art, sciences naturelles, écologie et politique.

Waru Studio, Mermoz Rue MZ 157.
Contact : Carole Diop
E-mail : carolediop@afrikadaa.com
Tél. : +221 77 794 4380
Facebook : @Afrikadaapage
Chase Mullins : @chasemullins.art www.chasemullins.ca


2020

Bunt : à la croisée des mondes

Chase Mullins, Fatou Kandé Senghor

La porte, « bunt » en Wolof, est un symbole riche qui parle naturellement à chacun de nous. Elle représente un passage entre deux états ou deux mondes, l’opposition entre l’intérieur (privé) et l’extérieur (public). Elle marque également le début et la fin d’une histoire. Même symbolique, elle permet de s’affranchir des limites naturellement imposées par l’Espace et par le Temps. Fermée, elle isole ou protège. Ouverte, elle conduit vers un ailleurs. La porte ouvre sur un nouvel horizon, elle invite à l’exploration et à la découverte. En franchissant celle du Waru Studio nous vous invitons à un voyage à la croisée de deux mondes, celui de Chase Mullins, un artiste canadien qui depuis son arrivée au Sénégal et après avoir exploré les quartiers de la capitale a développé une fascination pour les portes de Dakar et leur symbolique ; et celui de Fatou Kandé Senghor, artiste pluridisciplinaire, qui avec ses installations propose une immersion dans la mythologie traditionnelle, un monde des possibles comme un passage entre le royaume de l’enfance et celui de l’âge adulte.

Journée d’ouverture : le jeudi 3 décembre de 10h à 19h.
Exposition du 3 au 13 décembre 2020.
Horaires : du mardi au vendredi de 10h à 19h.


2019

Deuk Raw : la cité refuge !

Nzinga Mboup, Oumar (Minuss) Niang, Carole Diop

L’étymologie du nom « Dakar » fait l’objet de nombreuses spéculations. Parmi les théories les plus populaires on retiendra celle selon laquelle Dakar (Ndakaaru en wolof) serait dérivé de l’expression wolof dëk raw (la cité refuge). En effet, avec l’arrivé des lébous au 15e siècle, la presqu’île du Cap-Vert est devenue un refuge pour cette communauté qui fuyait la domination du Damel du Cayor, et progressivement pour des personnes appartenant à toutes les ethnies du Sénégal qui venaient s’y installer. Pour cette 8e édition de Partcours, Afrikadaa poursuit sa réflexion sur Dakar et la communauté Lébou à travers une lecture performative visant à faire revivre le patrimoine immatériel de la « cité refuge ». Refuge mystique, protégé par ces 5 îles formant un bouclier et ses plages sacrées, refuge politique, et aujourd’hui refuge économique pour les populations des autres régions, Dakar vous sera contée à l’occasion d’une soirée sur la terrasse du Loft.


2018

Dakar : ville de contrastes ?

Selly Raby Kane, Ndoye Douts

Avec Dakarmorphose, un projet présenté en Off lors de la dernière Biennale de Dakar, Afrikadaa retraçait la genèse des Penc dans la ville de Dakar qui s’est métamorphosée au fil du temps au gré des volontés politiques, tout en gardant des traces d’urbanité africaine dans ces lieux, à l’organisation socio-spatiale unique.

À l’occasion de la 7ème édition du Partcours nous poursuivons notre exploration de la capitale sénégalaise en questionnant le rapport des artistes à la ville à travers le documentaire Contras City du réalisateur Djibril Diop Mambety, un documentaire de fiction réalisé en 1968, qui prend la forme d’un balade dans les rue de Dakar sur fond d’une conversation entre un sénégalais (Mambéty) et une française, Inge Hirschnitz.

La projection sera suivie d’une table ronde avec deux artistes sénégalais que nous interrogerons sur la place que tient la ville dans leurs œuvres et sur la perception qu’ils en ont.


2017

SN ART : professionnalisation et structuration des métiers de l’art et du secteur culturel au Sénégal, enjeux et défis.

Pour la sixième édition du Partcours, Afrikadaa s’associe au Madiba Leadership Institute du groupe ISM pour une édition spéciale de SN Art, un rendez-vous mensuel itinérant qui réunit artistes, journalistes, opérateurs culturels et amateurs d’art de tous horizons, sous la forme d’un afterwork culturel. Cet événement sera l’occasion d’aborder la question de la professionnalisation des métiers de l’art et de la culture, par le biais d’une discussion avec des acteurs culturels et professionnels de l’art. En parallèle à cette table ronde cette  les étudiants en première année de licence art et culture du Madiba Leadership institute devront documenter et archiver cette édition du Parcours et leurs production seront exposées à l’ISM à la fin du Partcours

Conférence à l’amphithéâtre de l’ISM


2016

SN Art, Au coeur du Partcours

Pour la cinquième édition du Partcours, Afrikadaa s’associe à la galerie le Manège pour proposer une édition spéciale de SN Art, un rendez-vous mensuel itinérant qui réunit artistes, journalistes, opérateurs culturels et amateurs d’art de tous horizons, sous la forme d’un afterwork culturel. Cet événement intitulé Au coeur du Partcours, sera l’occasion de revenir sur les origines du Partcours, de faire le bilan des éditions précédentes et d’évoquer les perspectives d’avenir, par le biais d’une discussion avec des figures phares du Partcours. La soirée sera clôturée par une restitution des ateliers DJ de la MCU (Maison des Cultures Urbaines).


2015

TRACKS « Soundmap »

Pour son dixième opus Politics of Sound, la revue Afrikadaa, lance une rétrospective des pratiques artistiques sonores en Afrique et dans les territoires de la diaspora. Pour le lancement de ce numéro et à l’occasion de l’édition 2015 du Partcours, Afrikadaa présente Tracks, une installation composée de 10 « capsules » disséminées dans les espaces participants au Partcours, du 1er au 11 décembre. Tracks est une sorte de « soundmap » conçue pour plonger le public dans l’univers de la revue avec un son particulier pour chacun de ses 10 numéros de la revue. Un « parcours » sonore au cœur du Partcours.