Galerie « Le Manège »

L’espace d’exposition de l’Institut Français du Sénégal à Dakar accueille, depuis 2005, des expositions monographiques et collectives de plasticiens sénégalais, français et internationaux. Dès le 20 novembre les murs extérieurs de l’Institut Français rue Gomis accueillent le projet de graffiti « Taaru Mbedd ». Le mercredi 1er décembre à 20h, l’Institut Français vous convie au théâtre de verdure à la soirée « Ousmane Sow, 5 ans déjà » en hommage à l’artiste disparu pour une rétrospective en images accompagnées au saxophone par Alain Oyono.

Galerie Le Manège : 1-3, rue Parchappe
Institut Français : 89, rue Joseph Gomis
Contact : Olivia Marsaud
+221 33 823 03 20
olivia.marsaud@ifs.sn
Facebook : @ifsenegal.dk
Instagram : @lemanege.ifs
http://ifs.sn


2021

Les filles de MAWU

Exposition et installation immersive et intuitive, un conte moderne écrit par T.I.E et Ndoho, avec Allie Rozetta

Commissaires de l’exposition : Ami Weickaane et Muna Lobé

« Nous sommes rattachés à des histoires oubliées que nous ne connaissons pas et qui composent nos substances les plus intimes ». Louisa Hall, Rêves de Machines

Les filles de MAWU est une œuvre qui crée un dialogue entre trois archétypes que l’on retrouve de manière récurrente dans les cosmogonies africaines, mais aussi occidentales : le principe féminin, le serpent et l’homme. Nous entreprendrons ici de montrer leurs manifestations dans notre monde de plus en plus connecté au savoir par les nouvelles technologies et déconnecté de la nature par ces mêmes technologies.

Vernissage : le samedi 27 novembre de 17h à 21h.
Performance : T.I.E, Ndoho et Allie Rozetta le mardi 30 novembre à 20h.
Exposition du 27 novembre 2021 au 29 janvier 2022.
Horaires : ouvert tous les jours de 10h à 18h pendant le mois de décembre, du lundi au samedi de 10h à 18h pendant le mois de janvier.


2020

Kemtaan : Kiné Aw (à la Galerie Le Manège) Wallbeuti : Mabeye Deme (à l’espace Trames - Les Murs)

Kiné Aw et Mabeye Deme

Kemtaan : Kiné Aw (à la Galerie Le Manège)

Que l’on ne s’y trompe pas. Si kemtaan, en Wolof, peut signifier « extraordinaire », il n’est pas question de coller ce superlatif au travail de Kiné Aw. Le mot, ici, doit être pris dans le sens de la surprise, de l’émerveillement, de la chose qui sort de l’ordinaire. Déjà parce qu’en 15 ans de carrière, la peintre, habituée à se frotter aux grands formats de toile ou au fusain sur papier, a décidé d’utiliser ce dernier support d’une façon inédite dans sa pratique. Un corpus d’une vingtaine d’œuvres récentes forme le cœur de cette exposition qui n’est pas ordinaire, elle non plus, puisque c’est la première exposition monographique et personnelle de la plasticienne au Sénégal.

Wallbeuti : Mabeye Deme (à l’espace Trames - Les Murs)

« Il y a un appareil photographique / Caché dans ma cage thoracique / A peine voilé / Par la tente de la peau ». C’est par ces mots du poète américain Saul Williams, que s’ouvre le livre de Mabeye Deme, Wallbeuti. C’est bien à voir l’envers du décor que nous convie le photographe, qui, depuis 2014, photographie à travers des toiles de toute sorte. Elles passent Dakar au filtre pastel, nous emmenant irrésistiblement du côté de la nostalgie. Avoir choisi l’espace « Les Murs » de l’Espace Trames pour cette exposition n’est pas un hasard. Entre le brut des murs nus et le rappel à la texture du textile, l’écho au travail photographique de Mabeye Deme sonne comme une évidence.

• Kemtaan (Kiné Aw à la Galerie Le Manège) :

Exposition du 28 novembre au 24 décembre 2020.
Inauguration en journée portes ouvertes, le samedi 28 novembre de 10h à 19h.
Horaires : ouvert du lundi au samedi de 10h à 18h.

• Wallbeuti (Mabeye Deme à l'espace Trames / Les Murs)

Exposition du 28 novembre au 31 décembre 2020.
Inauguration en journée portes ouvertes, le samedi 28 novembre de 10h à 21h.
Horaires : ouvert du mardi au samedi de 11h à 20h, le dimanche de 16h à 20h.


2019

Keur Design #2

Ils sont une quinzaine de créateurs sénégalais, actifs dans des domaines aussi différents que la ferronnerie, la menuiserie, la sculpture sur bois, en fer forgé ou en argile, la vannerie, le recyclage plastique, et, côté création textile, la broderie, le perlage, le tressage et même l’upcycling (utilisation de tissus de seconde main). Pendant deux semaines, au Centre de Formation Artisanale (CFA) de Dakar, ils ont confronté leur pratique, leurs expériences, leurs savoir-faire avec ceux de 8 designers venus d’Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Italie, Pays-Bas et Portugal.

Résultat : une relecture vivifiante des objets traditionnels sénégalais, et des formes hybrides, des matières réinventées. De l’inventivité. Le tout sous l’œil avisé du designer sénégalais Ousmane Mbaye, qui a supervisé ce projet porté par le réseau des centres culturels européens (EUNIC). Comme le disait la célèbre designer française Charlotte Perriand (1903-1999), il faut avoir « l’œil en éventail », c’est-à-dire ouvert sur toutes les disciplines, les matières et les couleurs. C’est à cette expérience unique que vous convie cette exposition.


2018

Scenocosme

Grégory Lasserre et Anaïs Met Den Ancxt

« Un voyage poétique au coeur des mondes numériques ! »

A l’occasion de Novembre Numérique et de la 7ème édition du Partcours, la galerie Le Manège fait la part belle à l’art numérique et invite le duo d’artistes Scenocosme. Le vernissage de l’exposition sera aussi l’occasion de clôturer un mois d’événements numériques à l’Institut français avec une restitution de l’atelier « Tourné Monté » et une performance DJ de Kaani.

Le couple d’artistes Scenocosme réunit Grégory Lasserre et Anaïs Met Den Ancxt. Leurs créations singulières prennent forme à travers diverses expressions :
installations interactives, art plastique, art numérique, art sonore, performances collectives, etc. En distillant la technologie numérique, ils en font ressortir des essences de rêve et de poésie, ils en utilisent ainsi la partie vivante, sensible voire fragile.

Ils développent la notion d’interactivité, par laquelle l’œuvre existe et évolue grâce aux relations corporelles et sociales des spectateurs. Ils réalisent d’étonnantes hybridations entre technologies et éléments vivants ou naturels (végétaux, humains, eau, bois, pierres...). La plupart de leurs œuvres interactives perçoivent diverses relations invisibles entre les corps et l’environnement. Ils rendent sensibles les variations énergétiques infimes des êtres vivants en proposant des mises en scène interactives où les spectateurs partagent des expériences sensorielles extraordinaires.


2017

Exposition et performances « Ailleurs »

Le Manège et Agit’Art

Dans le prolongement de l’exposition Alem, L’A-Venir présentée à la galerie Le Manège de mai à novembre 2017, l’Institut français suit les pas du Laboratoire vers l’ailleurs en passant par le partcours. Une procession, des performances, de nouvelles installations seront proposées comme un cordon ombilical entre la rue Jules Ferry, Le

Dans les méandres du trait

Aliou Diack dit Badu

Dans le pavillon de la rue Gomis, Badu expose une nouvelle série de dessins. Formé à l’Ecole des Arts de Dakar, ce jeune artiste déploie dans son univers pictural des motifs néo-naturalistes, inspirés autant par son environnement urbain que par les réminiscences de son enfance villageoise. Événement VOIX : Césaire, Fanon, Senghor – Transphilosophies


2016

Afrikadaa

Alexis Peskine

Pour cette 5ème édition du Partcours, la Galerie Le Manège accueille une nouvelle édition de SN Art / Afrikadaa qui sera l’occasion de revenir sur l’histoire et l’évolution de cet événement, le 8 décembre à partir de 19h. La soirée sera clôturée par une restitution des ateliers DJ de la MCU (Maison des Cultures Urbaines de Ouakam). Le public pourra également découvrir son exposition en cours : The Raft of Medusa. Le retour de la vague de l’artiste russo-brésilien Alexis Peskine qu’elle accueille jusqu’au 31 janvier 2017. Dans le cadre du Partcours, l’Institut français soutient également le Laboratoire Agit’Art et présente des projections vidéos le jeudi 8 décembre dans la salle de cinéma de l’Institut français rue Gomis à partir de 16h30 (puis en boucle jusqu’à 18h).


2015

Lamb / Lutter

Philippe Marinig

Philippe Marinig commence à s’intéresser à la photographie après une formation auprès de Denis Brihat. Après avoir été reporté pour Globe et Libération et être passé par le laboratoire Picto, il fonde, en 1992, sa propre société de prises de vue pour la publicité et la mode, à Cape Town en Afrique du Sud. Depuis 2006, il se consacre entièrement à des projets artistiques et des commandes qui l’amènent à voyager notamment au Japon. C’est dans ce pays qu’il découvre la lutte sumo et entreprend une série de photographies. Après sept années de travail, il livre un regard inédit sur les pratiques de ces demi-dieux vivants. De passage au Sénégal en 2014, il rencontre Moussa Sall, un sumo sénégalais qui a fait toute sa carrière au Japon. Des liens formels et conceptuels vont alors se créer entre les images du photographe réalisées au Japon et au Sénégal et impulser l’initiative de l’exposition Lamb / Lutter.


2014

« Tirailleurs » : les tirailleurs sénégalais en 14-18 vus par la BD

Commissaires de l’exposition : Vincent Bernière et Delphine Calmettes Artiste invité : Mr Fab - Conception graphique : Nadir Essalmi

Le tirailleur sénégalais, tout comme le Soldat inconnu, sont des figures mythiques de la Grande Guerre. Chacune a donné lieu à de multiples interprétations en bande dessinée et un ouvrage extraordinaire, enfin, a pris le parti de mixer les deux mythes pour composer un récit impressionnant : « Le soldat inconnu » de Mr Fab et Fred Duval. Inspirée en partie de ce récit, l’exposition « Tirailleurs » propose de présenter différemment tout un pan de l’histoire à travers des vignettes agrandies, des images d’époque et des objets prêtés par le Musée des Forces Armées de Dakar. Cette exposition est proposée par Vincent Bernière, journaliste et éditeur de bandes dessinées aux éditions Delcourt. Il est aussi spécialiste de la bande dessinée dans le monde et commissaire d’exposition. Exposition labellisée par la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, avec le soutien de la Fondation Total. Concert lors du vernissage : Mazalda - Turbo Clap Fanfare. Un orchestre de rue venu de France nourri aux musiques qui, dans le monde, font danser et s’émouvoir. Avec trompette, saxophone, bouzouki, accordéon, soubassophone et batterie. Energie, émotion, danse et curiosité ! Conte théâtre, « La Randonnée de Samba Diouf », de Thierno Diallo et Lisa Raphel.


2013

Pandore

Omar Ba

Omar Ba est un artiste sénégalais qui vit et travaille à Genève. En quinze ans, son parcours s’est émaillé de plusieurs expositions personnelles et collectives dans le monde. Cet artiste au parcours exceptionnel n’a que très peu exposé dans son pays natal. A l’occasion de l’exposition Pandore à la galerie Le Manège, il revient enfin au Sénégal avec un événement d’envergure qui entend donner toute la mesure de son parcours riche et atypique. Omar Ba sera en résidence à Dakar à partir du 3 novembre 2013 sur invitation de l’Institut français de Dakar et de l’Ambassade de Suisse. Il produira une partie des oeuvres de l’exposition sur place, ainsi que des wall paintings qui seront réalisés dans la galerie. Exposition en partenariat avec l’Ambassade de Suisse au Sénégal, la Galerie Guy Bärtschi et les Editions de l’Oeil.


2012

Témoin de notre temps !

Henri Sagna

Henri Sagna a été formé à l’École Nationale des Arts de Dakar dans la section Environnement. Il a exposé à la galerie Le Manège en 2005 dans le cadre de l’exposition Création contemporaine au Sénégal et il était également présent dans la sélection internationale de la biennale de Dakar 2012. Il utilise essentiellement des matériaux de récupération dont le fil de fer pour assembler et réaliser ses sculptures et met son talent au service de l’environnement. L’artiste anime des ateliers en France et au Sénégal autour des notions de collecte, de récupération et de recyclage. La préoccupation centrale de Sagna a longtemps concerné la problématique du paludisme en Afrique avec ses désormais célèbres moustiques. Depuis un séjour au Nigéria, son thème de prédilection est aujourd’hui axé sur le dialogue entre les religions. « L’exposition Témoin de notre temps ! » d’Henri Sagna abolit les frontières entre la peinture, la sculpture et l’architecture. Les formes jaillissent, l’alternance du blanc et du noir renforce la gravité du thème… Le dialogue islamochrétien est mis ici en scène avec tolérance et générosité ». Etienne Diene, architecte DPLG