Kër Thiossane

Depuis 2014, L’école des Communs de Kër Thiossane cherche à travers l’art et les technologies dites « ouvertes » à développer ou à consolider des actions de solidarité, de voisinage et de citoyenneté, dans la capitale dakaroise. Autour du jardin artistique Jet d’Eau et de son fablab, au cœur de la Sicap, dans une ambiance de création collaborative et innovante, Kër Thiossane propose une série d’ateliers participatifs, résidences, expositions, performances, installations, discussions… Autant de formats qui invitent habitants, enfants, artistes, étudiants, artisans, ingénieurs, biologistes, makers… à raconter chacun à leur manière la Sicap d’hier, mais leur offre également la possibilité d’élaborer des « solutions » aux problèmes urbains et sociaux actuels, tout en les encourageant à exprimer leur vision de la ville de demain.

Exposition & studio photo : Rond-Point « Red Star »
rue Liberté 224 x rue Liberté 225

Contact : Kër Thiossane – Villa n°1695, Sicap Liberté 2 Dakar.
Tél. : +221 33 868 5309 / 77 380 8236
E-mail : kerthiossane@gmail.com
www.ker-thiossane.org
Facebook : @kerthiossane


2020

Portraits de Sicapois

Malick Welli

Exposition & studio photo : Rond-Point « Red Star »
rue Liberté 224 x rue Liberté 225

Malick Welli fait partie de la nouvelle génération de portraitistes africains de renommée internationale. Il reste pourtant peu connu dans son quartier, la Sicap, où il a grandit et où il demeure. Pour cette édition du Partcours, dans la poursuite de son travail autour du vivre-ensemble, dans une capitale comme Dakar, Kër Thiossane avec le soutien de l’Institut Français du Sénégal à Dakar, invite Malick le temps d’une résidence à pauser son regard sur ses voisins. Une série de portraits qui seront présentés dans l’espace public, autour de l’un de ces petits jardins typiques des ronds-points de Sicap, en face de chez l’artiste. Ce Partcours sera ainsi l’opportunité de remettre l’art et la photographie au cœur de la Sicap. Le soir du vernissage et le weekend, les Sicapois et le public du Partcours pourront par la même occasion venir se faire tirer le portrait !

Vernissage à Kër Thiossane le vendredi 11 décembre de 18h à 22h.
Exposition du 12 décembre 2020 au 15 janvier 2021.
• Studio photo Spacecraft : le soir du vernissage, puis de 16h à 18h les samedis 12 et 19 et le vendredi 18 décembre.


2018

Déguerpis

Martine Nostron, Elise Fitte-Duval

Dans la continuité de la réflexion amorcée depuis 2012 sur l’en commun, le vivre-ensemble dans la capitale sénégalaise, Kër Thiossane invite deux artistes dakaroises à partager leurs regards sur la vie dans les rues de la mythique Sicap, ses habitants, sa beauté, mais aussi son agitation, ses délaissés, ses incessantes transformations …

Voisine de Kër Thiossane, Martine Nostron présente « Déguerpis », un travail où elle fait de la ville, de son quartier, son terrain de jeu, à travers l’assemblage de fragments du quotidien, avec une idée de déambulation d’un passant à un autre, d’une technique à une autre. Par un mélange des genres, avec une fantaisie créatrice propre à elle-même, elle fabrique des images qui tentent de traduire au mieux l’âme de ces lieux, mais également le chaos qui s’en dégage.

Elise Fitte-Duval photographe résidant à Dakar depuis de longues années présente une série de photos prises au fil de ses marches dans les rues de Sicap rue 10; ses clichés retranscrivent comment les dakarois occupent et vivent l’espace en commun.


2017

Garab Yiy Jooy

Younes Baba-Ali, Muhsana Ali, Gérard Gabayen, Boubacar Touré Mandémory, Pascal Nampémanla Traoré, Claire Lamarque, Oumy Diaw

Les arbres jouent un rôle majeur dans le fonctionnement écologique terrestre. Dotés de cette capacité à interagir entre eux et avec les autres espèces, ils sont de véritables biens communs. Au Sénégal ils sont pourtant soumis à de grands stress. Agressés quotidiennement par l’activité humaine, partout, les arbres continuent d’être massacrés dans le plus grand silence. Haidar El Ali ne cesse de nous alerter, le Sénégal est confronté à une déforestation de grande ampleur. Kër Thiossane invite sept artistes engagés à dénoncer cette situation alarmante. Le vernissage à Kër Thiossane sera précédé d’une déambulation botanique numérisée et d’une discussion publique sur la place des arbres au coeur de la vie des citoyens, au jardin Jet d’Eau. Il se clôturera par la projection du film « L’Intelligence des arbres » avec Ciné Cyclo.


2016

J’accuse ! #2

Moussa Sarr

« Si tu ne sais pas d’où tu viens, le Griot est là pour te le rappeler ». A l’âge de 32 ans, l’artiste Moussa Sarr ressent le besoin de (re)nouer avec ses racines pour mieux comprendre qui il est. Dans le contexte actuel de révolutions, de montée des extrêmes et d’état d’urgence aux changements, affirmer son identité multiculturelle (corse, français, sénégalais et citoyen du monde) résonne en lui comme un acte de résistance. Vidéo-performeur, acteur et sujet principal de ses œuvres, pour sa première exposition personnelle à Dakar, Moussa présentera à Kër Thiossane, un travail ancré dans la dérision, mais aux résonances grinçantes. Les œuvres exposées articuleront des travaux existants et des créations réalisées sur place.


2015

Chevaux

Gérard Gabayen

Pour cette nouvelle édition de Partcours, Kër Thiossane invite l’artiste peintre Gérard Gabayen de Mbour, à présenter une série de peintures et de dessins autour du cheval. Interpellé par la maltraitance des chevaux quotidienne dans sa ville natale, tout comme dans la capitale sénégalaise, l’artiste souhaite à travers ses œuvres dénoncer ce phénomène en redonnant au cheval toute sa noblesse. Artiste et militant de l’écologie et du cadre de vie, Gérard Gabayen lie la conception de l’œuvre à une activité de développement durable. Dans ses peintures exposées à Dakar, Bruxelles, Munich, Paris, et Abidjan, il mélange matériaux de son environnement naturel, matériaux de récupération (fil de fer, toile de jute...) et pigments naturels, oxydes... Cette exposition sera l’occasion pour Kër Thiossane d’inviter l’Escadron monté de la Gendarmerie Nationale à présenter une démonstration du Carrousel des lances, devant le terrain Jet d’Eau, en ouverture du vernissage à Kër Thiossane. Un spectacle dans le cadre de l’Ecole des Communs qui fera le bonheur des petits et des grands. A ne rater sous aucun prétexte !


2014

Rendez-nous notre cité !

Exposition photographique de Mandemory, lecture de textes de Jules Souleymane Ndiaye avec le collectif Vendredi Slam

« Rendez-nous notre cité » est le cri du cœur du Sicapois dont on a confisqué le cadre de vie qu’il s’est offert au prix de lourds sacrifices. De la belle cité de rêve des années 1960 qui faisait la fierté de nombreux sénégalais en quête de modernité et de décence sociale, que reste-t-il aujourd’hui ? Si peu voire rien, sommes-nous tentés de dire... La belle cité a mal, les gens qui y habitent ont profondément mal. Ce délitement du mythe interpelle les riverains du Jet d’eau et au-delà tous les Dakarois. Kër Thiossane a donné carte blanche au photographe Mandemory et son complice journaliste rédacteur Souleymane Ndiaye, sous forme de mission photographique, pour poser un regard original sur le phénomène, afin d’enrichir le travail par une recherche parallèle se réclamant autant de l’inventaire et du documentaire que de la sensibilité. Par cette juxtaposition et cette complémentarité, Mandemory et Souleymane Ndiaye ont tenté de communiquer une image de la cité suffisamment complète et ainsi produire un document essentiel à la mémoire de la Sicap. Un sondage temporel, une exploration en profondeur du phénomène urbain. A l’occasion de Partcours, l’ensemble de leur travail sera restitué autour du Jardin Jet D’eau, avec une exposition photo et la lecture des textes de Jules Souleymane Ndiaye par le collectif Vendredi Slam qui terminera la soirée.


2013

« Coca-Kola »

Kër Thiossane

La légende raconte que le 8 mai 1886, le pharmacien d’Atlanta John Styth Pemberton a mélangé du sucre avec les extraits de cola et de coca dans son arrière-cour. Il a ajouté de l’eau gazeuse à son sirop sucré et a créé une boisson rafraîchissante, le Coca-Cola... Aujourd’hui le Coca-Cola est l’un des produits les plus connus dans le monde. Chaque jour, Les gens le demandent 250 millions de fois, dans 80 langues de 135 pays. L’entreprise Coca- Cola investira plus de 12 milliards de dollars sur le marché africain au cours des 10 prochaines années. À l’occasion de ce Partcours, Kër Thiossane invite plusieurs artistes à partager leurs regards sur la Kola, cette plante traditionnelle riche de propriétés et de significations spirituelles dans les cultures d’Afrique de l’Ouest, en comparaison avec la stratégie commerciale de l’entreprise Coca-Cola sur le marché africain, curieusement axée sur le bien commun des communautés. Cette exposition s’inscrit dans la réflexion de Kër Thiossane autour des biens communs, qui inaugurera ce projet Coca-Kola mené avec Intermundos en Colombie (http://intermundos.org/ es/) et Pixelache en Finlande (http://www.pixelache.ac/). Gade Diouf ; Alpha Baldé aka Ican Ramagéli ; Khaly Diakhaté, Antoine Louisgrand, Mame Diarra Niang... des artistes aux parcours et pratiques éclectiques (dessin, illustration, peinture, installation, vidéo, court-métrage,...) partageront ici des points de vue parfois critiques, parfois interrogateurs, ou de simples regards, sur cette plante au caractère sacrée et sur la célèbre boisson commerciale, qu’on risquerait de confondre avec un bien commun.


2012

Re_flex_if 2, « économies de collaboration »

Aziz Cissé, Christian Hanussek, Kerstin Meyer, Arfang Sarr Crao, Kan Si

Après l’exposition Re_flex_if (1) dans les bureaux de la coopération allemande, en 2005, qui réunissait cinq propositions artistiques autour de la question des politiques de développement, cette nouvelle édition Re_flex_if (2) visera à passer au crible les notions de coopération et de développement, mais surtout nous invitera à nous interroger sur notre histoire, notre vécu quotidien, les relations nord- sud, etc. Huit années plus tard, le Re_flex re_surgit dans la collaboration créative de ces militants d’une économie de très haute liberté.